Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Whirlpool : « Si on a ce succès aujourd'hui, c'est grâce aux salariés »

3 octobre 2017 - Whirlpool a trouvé un repreneur et 277 emplois sont sauvés. Emmanuel Macron l’avait promis, il s’est rendu ce jour sur le site de Whirlpool à Amiens, aux côtés des salariés. Exemple emblématique d’un “dialogue social intelligent”.

« Si on a ce succès aujourd'hui, c'est grâce aux salariés. Nous avons des projets de reprise, une histoire de reconquête est en train de s'écrire. »
Emmanuel Macron

Souvenez-vous, c’était dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle. Emmanuel Macron était venu à la rencontre des syndicats de l’entreprise Whirpool pour tenter de trouver une solution responsable et pérenne pour l’entreprise et ses salariés. Le même jour, Marine Le Pen avait fait irruption sur le site pour un coup médiatique. Deux visions du monde qui s’affrontaient :

  • La solution de facilité et les promesses intenables de Marine Le Pen : « Ne vous inquiétez pas, avec moi, votre usine ne fermera pas ! »
  • De l’autre, Emmanuel Macron, direct et franc, porteur d’une vision réaliste - et forcément plus exigeante - prônant le dialogue social et le sens des responsabilités de l’ensemble des acteurs autour de la table. Accueilli sous les huées, Emmanuel Macron était resté plus d’une heure à discuter avec les syndicats et les salariés.

« Si vous ne parlez pas aux représentants des salariés et que vous allez faire de la démocratie directe, de l’invective, des fausses promesses, vous ne réglez aucun problème avec le pays. »
Emmanuel Macron


Souvenez-vous, nous vous avions montré cette séquence en direct de notre page FB :

Alors candidat, Emmanuel Macron avait promis de revenir « rendre compte » lorsqu’il serait élu président de la République. Chose promise, chose due !

« Aujourd'hui, on a un repreneur qui vient s'installer sur le site, on ne peut être que satisfait. M. Macron avait promis qu'il reviendrait, il le fait, il respecte sa promesse. »
Patrice Sinoquet, représentant CFDT et secrétaire du CHSCT

Alors qu’en avril, l’usine peinait à retrouver un repreneur, c’est désormais chose faite.
Le 12 septembre, un accord de reprise était signé avec la société WN détenue par un industriel picard. Il s’agit donc d’un repreneur local. L’ancienne usine de sèche-linges devrait produire, dès 2018, des casiers réfrigérés intelligents servant à la livraison de denrées périssables : les fruits et légumes, la viande, le poisson, mais aussi les vaccins. 


21 millions d’euros vont être investis dans ce projet de reprise, répartis entre Whirlpool, le repreneur et l’État. Le repreneur s’est par ailleurs engagé à **créer 277 emplois d'ici 2020**, dont 250 entre février et décembre 2018.

C’est la qualité du dialogue social chez Whirlpool qui a permis d’atteindre un « point d’équilibre » entre les revendications des salariés et les contraintes économiques de l’entreprise.

Même si nous pouvons nous réjouir de cette nouvelle, nous n’oublions pas la réalité économique de ces territoires.
Dans cette région, le chômage atteint près de 12% et la désindustrialisation est importante.

Face au chômage de masse qui mine notre pays depuis plus de 30 ans, nous devons débloquer l’économie.
Pour cela, le gouvernement a annoncé un grand plan de transformation de notre modèle social :

  • Le renforcement du dialogue social qui est déjà entré en vigueur ;
  • Une refonte globale de notre modèle de formation professionnelle et un investissement majeur dans les compétences de 15 milliards d’euros car la meilleure protection contre le chômage c’est la formation ;
  • Une protection pour tous contre le chômage. Les salariés démissionnaires, une fois tous les 5 ans, et les travailleurs qui n’ont pas le droit de toucher l’assurance-chômage bénécieront de cette protection. Cela concernera les artisans, commerçants, indépendants, entrepreneurs, professions libérales et agriculteurs.

Nous devons également renforcer la compétitivité et l’attractivité de notre pays :

  • La réforme de la fiscalité du capital annoncée par le Gouvernement a pour objectif d’encourager l’investissement productif, afin de produire dans notre pays les richesses sans lesquelles il n’y a pas de redistribution possible ni de création d’emplois ;

  • Un grand plan d’investissement public de 57 milliards d’euros sera également engagé sur la durée du quinquennat pour accompagner les grandes réformes portées par le gouvernement. Il permettra notamment d’accélérer la transition écologique (20 Mds€), de former 2 millions de personnes (15 Mds€), de renforcer la compétitivité de notre économie (13 Mds€) et de moderniser l’action de l’État (9 Mds€).