Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Communiqué - Reconstruire ensemble : Lutte contre la défiance, numérique, les pistes de réflexion

22 juin 2020 - Les groupes de travail en charge des thèmes « Quel avenir numérique pour la France et l'Europe ? » et « Face à la défiance, réinventer la démocratie » ont présenté leurs premières pistes de réflexion lors du Bureau exécutif du 22 juin.

La République En Marche tient tout d'abord à saluer le travail remarquable réalisé par les 150 citoyens de la Convention Citoyenne pour le Climat ainsi que l’ambition des propositions qu’ils formulent. LaREM réaffirme sa volonté de voir leurs propositions faire l’objet d’une application réglementaire, être soumises au vote du Parlement et/ou à l’approbation des Français, par exemple à l’occasion d’un référendum à choix multiples. Ce serait là un processus inédit qui réunirait pour la première fois démocratie participative, représentative et suffrage universel direct. Cette innovation démocratique majeure initiée par le Président de la République sur proposition de LaREM à l’issue du Grand débat national doit être pérennisée. À cet égard, dans le cadre de son travail sur l’après-crise, La République En Marche réfléchit à la mise en place de nouvelles conventions citoyennes sur des questions de société.

Dans le cadre du dispositif "Reconstruire Ensemble" mis en place par La République En Marche pour penser l’après-crise, les groupes de travail en charge des thèmes « Quel avenir numérique pour la France et l'Europe ? » et « Face à la défiance, réinventer la démocratie » ont ensuite présenté leurs premières pistes de réflexion lors du Bureau exécutif du 22 juin. Les adhérents de LaREM seront consultés sur ces thèmes dès mardi.

La crise a transformé notre rapport au numérique. Celui-ci s’est imposé comme un outil indispensable à la continuité de l’activité économique, de l’enseignement scolaire et de nos relations sociales. Mais cette crise a aussi été un révélateur d’inégalités sociales pour les personnes mal équipées ou ne maîtrisant pas le numérique. Elle a agi comme un accélérateur de fausses informations et de contenus haineux sur les réseaux sociaux, ces derniers jouant une part importante dans l’amplification du climat de défiance. Car la crise sanitaire a accentué une crise plus profonde qui touche la France depuis de nombreuses années : celle de la confiance. Avec l’épidémie, cette défiance a pris une nouvelle ampleur : ce n’est plus seulement le discours politique qui est contesté, c’est aussi celui des scientifiques. Ainsi, la confiance dans la gestion de l’épidémie Covid-19 a été plus faible en France qu’ailleurs, et un quart des Français pensent que le virus a été créé en laboratoire. Il apparaît donc impératif de repenser notre démocratie pour endiguer cette crise de la confiance – l’invention de la Convention Citoyenne pour le Climat est en cela une avancée majeure – et d’agir pour faire du numérique un pilier de la sortie de crise et une chance pour tous.

Les membres du groupe de travail « Libertés, solidarités et nouveaux usages : quel avenir numérique pour la France et l'Europe ? » coordonné par Laetitia Avia souhaitent ainsi avoir 100% des ménages équipés en 2022, et proposent pour cela de mettre en place une Bourse aux outils du numérique (plateforme de dons sur le modèle de ce qui a été fait pour les enfants de l’ASE durant la crise), alimentée par des collectivités territoriales, des entreprises et les ménages. Ils proposent également de distribuer à chaque collégien une tablette numérique, de créer un label « Sécurité numérique européenne » applicable aux produits d’entreprises qui hébergent les données en Europe, de créer un Habeas corpus digital pour préserver les droits dans la sphère numérique, d’accompagner la transformation numérique des TPE/PME via notamment la création d’un fonds de transformation numérique conditionné à la signature d’accords type sur le travail à distance ou encore de mettre en place centres de formation au numérique dans les maisons France service…

Quant au groupe de travail « Face à la défiance, réinventer la démocratie » coordonné par Julien Blanchet, il propose de faciliter l’accès au vote par l’expérimentation du vote en ligne, la meilleure prise en compte du vote blanc, l’ouverture d’une réflexion sur le vote obligatoire ; d’évaluer automatiquement l’impact des nouvelles lois après deux ans d’application, de mettre en place le système des « amendements citoyens », ou encore de créer une plateforme publique en ligne "Écouter La France" pour connaître l’opinion des citoyens au quotidien et faire remonter leurs idées…

Après 10 semaines de consultations et de travail, La République En Marche présentera son projet de reconstruction la semaine prochaine.