Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Communiqué de presse - Emmanuel Macron réformera en profondeur la sécurité sociale des étudiants

25 mars 2017 - "Je prends donc l’engagement de confier à la CNAM-TS la gestion du régime d’assurance maladie obligatoire de tous les étudiants, lorsqu’ils ne sont pas rattachés au régime de sécurité sociale de leurs parents."

Emmanuel MACRON réformera en profondeur la sécurité sociale des étudiants

La France a fait le choix, depuis 1948, de déléguer le régime de sécurité sociale de ses étudiants à une seule mutuelle étudiante (la MNEF devenue la LMDE) pendant leurs années d’études. Cette délégation s’est élargie, depuis 1972, à une dizaine de mutuelles régionales. Ces dernières années, le Sénat, la Cour des comptes, les Inspections générales, UFC-Que Choisir ont multiplié les critiques à l’égard de ce traitement spécifique soulignant une qualité de service insuffisante pour des coûts de gestion trop importants : goulot d'étranglement à chaque rentrée, retard important dans l’ouverture des droits et dans l’obtention de la carte vitale, règles d’affiliation complexes voire illisibles avec la nécessité de se rapprocher à la CPAM de sa résidence en cas d'arrêt maladie ou d'accident de travail pendant un stage. L'inscription annuelle comme le passage au statut d’actif, du fait même du caractère transitoire de l’affiliation au régime étudiant, est une source de tracasserie et génère des coûts supplémentaires totalement injustifiée. Il serait temps de suivre leurs recommandations et mettre fin à cette exception française, inefficace et dispendieuse. C’est l’intérêt de tous nos étudiants. Un premier pas a été franchi en octobre 2015 pour transférer la gestion du régime obligatoire des étudiants affiliés de la LMDE à la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAM-TS).

Je prends donc l’engagement de confier à la CNAM-TS la gestion du régime d’assurance maladie obligatoire de tous les étudiants, lorsqu’ils ne sont pas rattachés au régime de sécurité sociale de leurs parents. Les actions de prévention les concernant bénéficieront également du savoir-faire de l’Assurance maladie qui pourra ainsi jouer pleinement ce rôle auprès de toute la jeunesse de notre pays pour qui certains risques de santé demeurent spécifiques (consommation d’alcool et de drogue, sexualité, souffrances psychiques…).

En contrepartie des économies générées par cette réforme, et comme ce fut le cas lors de la reprise en gestion des affiliés de la LMDE par la CNAM, les personnels des mutuelles régionales pourront être repris par celle-ci à la hauteur des besoins générés par ce transfert.

En apportant clarté et simplicité à leur premier contact avec la Sécurité sociale, nous contribuerons ainsi à établir la confiance des jeunes générations dans notre modèle social.