Retrouvez cet article sur en-marche.fr

La République En Marche apporte tout son soutien aux deux employés blessés à Bayonne

17 janvier 2020 - La République En Marche condamne fermement les comportements violents des manifestants qui sont entrés de force dans un café de Bayonne où le comité local de LaREM tenait sa réunion hebdomadaire, blessant deux employés de l'établissement.

Paris, le 17 janvier 2020

Hier midi s’est tenue au Café du théâtre de Bayonne la réunion hebdomadaire du comité local de La République En Marche. Un groupe de manifestants contre la réforme des retraites a forcé l’entrée du café, provoquant quelques dégâts matériels et s’en prenant à deux employés de l’établissement : une serveuse a été bousculée et un de ses collègues a reçu des coups, en tentant de la défendre.

La République En Marche condamne fermement ces actions inacceptables et apporte tout son soutien aux deux personnes blessées, ainsi qu’à tout le personnel de l’établissement, qui ne pourra reprendre une activité normale avant cette après-midi.

Le référent départemental de La République En Marche, M. Loïc Corrégé, et l’adjoint au maire de Bayonne chargé de la sécurité, M. Christian Millet-Barbé, membre de LaREM, étaient présents à la réunion du comité local. Ils ont proposé aux manifestants un long moment d’échange : un représentant de la CGT-Cheminot et un représentant des Gilets Jaunes ont ainsi pu exprimer leurs revendications. M. Corrégé et M. Millet-Barbé déplorent cependant la violence des actions qui ont précédé cette rencontre. A l’heure où le dialogue social a démontré son utilité, une minorité violente ne peut empêcher le débat démocratique, en s’en prenant à la liberté de réunion.

Le Bureau exécutif de La République En Marche a tenu à rappeler lors de sa dernière réunion mercredi que, si la politique peut conduire à une confrontation d’idées et de programme, elle ne doit en aucun cas conduire à des actes condamnables tels que des affrontements physiques ou des dégradations matérielles. Ces pratiques, loin de faire renoncer les marcheur(se)s, ne font que renforcer leur détermination et leur volonté de porter les idées progressistes dans chaque commune de France.