Retrouvez cet article sur en-marche.fr

LaREM dévoile ses premières investitures pour les municipales de 2020

17 juin 2019 - Stanislas Guerini, Délégué général de La République En Marche, et Pierre Person, Délégué général adjoint, dévoilent aujourd’hui les premières investitures pour les élections municipales de mars 2020.

Ces dix-neuf premiers candidats et candidates, qui incarnent les valeurs du mouvement et illustrent sa dynamique politique, ont exprimé le sens de leur engagement et présenté leurs objectifs pour leur ville.

Fidèle à la stratégie qui est la sienne depuis sa création, La République En Marche poursuit sa démarche de recomposition du paysage politique et de renouvellement des visages au niveau local.

“ La République En Marche s’est créée sur la promesse de rapprocher les citoyens et les citoyennes de la politique. Aujourd’hui, nous abordons les municipales avec cette ambition, celle de permettre aux Français et aux Françaises de s’engager pour leur ville et de porter un projet progressiste. Ces élections ne seront pas un point d’arrivée, elles seront un point de départ. Être élu(e) est un outil pour agir. Nous voulons avoir des élu(e)s progressistes pour que notre projet se déploie dans tous les territoires et améliore le quotidien des Français et des Françaises. ”

Stanislas Guerini, Délégué général de La République En Marche

Des profils diversifiés et unis par leur démarche de rassemblement et de progrès au service de leur commune

Soutenir des projets locaux innovants, ambitieux et progressistes

La République En Marche soutient des candidats et des candidates dont les projets locaux sont particulièrement innovants et incarnent les valeurs du Mouvement. Ont notamment été retenus des projets qui entendent donner vie à la démocratie participative et encourager l’engagement citoyen.

  • Raphaël Bernardin, maire de Saint-Sulpice-la- Pointe (81) depuis 2017 et premier élu sous l’étiquette LaREM, est co-président du laboratoire d’initiatives locales de La République En Marche. En tant que maire, il consulte régulièrement les habitants de sa commune sur des projets locaux et a organisé des groupes de travail citoyens qui participent pleinement aux décisions de la ville.

  • Le projet de Gérard Chemla, appelé “ Osons Reims ” (51), se construit également avec les Rémois et les Rémoises, grâce à de nombreuses consultations citoyennes qui permettent de faire remonter les préoccupations concrètes et les attentes précises des habitant(e)s.

  • Cécile Muschotti, députée de la deuxième circonscription du Var, entend aussi proposer un nouveau souffle à Toulon (83). Elle souhaite s’engager pleinement et avec détermination dans une démarche de modernisation des pratiques municipales et de projet métropolitain.

  • Romain Grau, député de la 1ère circonscription des Pyrénées-Orientales depuis 2017, souhaite mettre en oeuvre ses idées au niveau local : après avoir cofondé “ Occitanie Avenir ”, un espace d’échange dédié à l’évaluation des politiques publiques conduites en région et à l’analyse de leur efficacité réelle, il est aujourd’hui candidat à la mairie de Perpignan (66).

  • Quant à Denis Thuriot, maire sortant et candidat à Nevers (58), il entend poursuivre les nombreux projets auxquels il se consacre depuis son élection en 2014, afin de redonner à sa ville son attrait de capitale départementale.

Accompagner des citoyens et citoyennes engagé(e)s

Au coeur du projet de La République En Marche se trouve la volonté de rapprocher les citoyens de la politique et de leur donner les moyens de s’engager. Ainsi La République En Marche encourage ses cadres à s’engager dans les scrutins locaux. Qu’ils soient membres du Bureau exécutif, référents départementaux ou bien animateurs locaux, ils bénéficient aujourd’hui du soutien du Mouvement auquel ils ont consacré beaucoup de temps et donné beaucoup d’énergie.

  • C’est le cas de Josselin Chouzy, pompier professionnel, animateur du comité de Mayenne pour La République En Marche qui brigue la mairie de Mayenne (53).

  • Le mouvement est également fier de soutenir des candidats et des candidates qu’il a accompagné(e)s dans ses actions en faveur de l’engagement politique. C’est le cas de Rachida Kaaout, une participante à “ Action Quartiers ”, qui se présentera à Ivry-sur-Seine (94).

LaREM aura aussi à coeur de poursuivre la détection de talents, notamment auprès des femmes, pour les aider à prendre des responsabilités au niveau local. Des personnalités issues de la société civile, particulièrement investies dans la vie économique ou associative de leur ville, seront au rendez-vous des élections municipales 2020.

  • Hélène Hollederer, candidate à la mairie de Schiltigheim (67), s’investit au sein de la Fondation Apprentis d’Auteuil et est vice-présidente d’une association qui oeuvre pour l’attractivité de la commune en accueillant les cadres nouvellement installés dans la région.

  • Laurence Hervé, membre des jurys “ CreaCampus ” pour les étudiants entrepreneurs ainsi que de “ Femmes de l’économie ” de la Région Centre-Val de Loire, se présente à la mairie de Joué-lès-Tours (37). Ancienne adjointe au maire, elle est élue à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tours et de la CCI Région Centre-Val de Loire.

  • L’avocate Florence David porte quant à elle un projet construit avec l’équipe départementale de La République En Marche, afin de donner à Vienne (38) les moyens d’être une ville d’avenir.

Aller là où la politique recule

Sur 35 000 communes françaises, près de 20 000 comptent moins de 500 habitants 1. Parce que la politique recule dans ces territoires, et que certaines communes risquent de ne pas avoir assez de candidats et de candidates pour animer leurs exécutifs locaux en 2020, La République En Marche concentrera ses efforts sur les zones rurales, comme elle a déjà pu le faire avec son programme “ Action Ruralités ”.

  • C’est la raison de l’engagement de Pierre Simon, natif de Pontarlier (25). S’il se présente aujourd’hui comme tête de liste, c’est parce qu’il connaît les atouts et les richesses de son territoire, mais qu’il a conscience de la nécessité de faire plus et mieux pour protéger le patrimoine rural de la commune tout en accompagnant son développement.

  • C’est aussi la motivation de Yannick Chemin qui a bénéficié du programme “ 1000 Talents ”, une initiative de La République En Marche qui favorise l’émergence et la montée en compétences de citoyens et citoyennes nouvellement engagé(e)s et destiné(e)s à prendre davantage de responsabilités politiques. Il est désormais candidat à la mairie du village de Saint-Maurice-Le-Vieil (89).

Être présent partout, notamment dans les territoires ultra-marins

La République En Marche ambitionne de présenter des candidat(e)s sur tout le territoire français, et bien entendu dans les territoires ultra-marins.

  • Dans les Outre-Mer, de nombreux citoyens, citoyennes et élu(e)s s’engagent auprès de LaREM et de ses partenaires. C’est notamment le cas de Roukia Lahadji, maire sortante et candidate à Chirongui (976), très engagée dans le secteur social et déclinant dans sa commune les politiques publiques de la majorité.

Faire un choix républicain : les candidats LaREM mobilisés face au RN

Après 2017 et 2019, La République En Marche ambitionne d’être, au niveau local et sur tout le territoire, un rempart face au Rassemblement national (RN) en soutenant des projets qui changeront durablement la vie des Français et des Françaises mais également en adoptant un comportement républicain exemplaire.

Les candidat(e)s LaREM s’engagent à prendre leurs responsabilités, au moment des élections, si un risque important de victoire du RN ou d’une formation non-républicaine se présentait.

  • À Cavaillon (84), Benoît Mathieu proposera un projet renouvelé pour sa commune natale afin de défier le RN, très implanté dans la ville et arrivé en tête aux dernières élections européennes (avec plus de 38 % des voix).

Favoriser une dynamique de rassemblement

La République En Marche ambitionne de poursuivre la recomposition du paysage politique au niveau local, en se positionnant comme le socle progressiste central de ralliement.

Toutes les forces politiques et les candidats, qui partagent des valeurs progressistes, souhaitent la réussite du pays et l’amélioration concrète du quotidien des Français et des Françaises, trouveront un appui auprès de La République En Marche.

Plusieurs élus et élues issu(e)s de la gauche, de la droite et du centre ont souhaité passer le pas et rejoindre la majorité dès ces premières investitures :

  • Emmanuel Darcissac, maire sortant et candidat à Alençon (61) : issu du PS, il a rejoint LaREM il y a quelques mois et est un des piliers de la dynamique locale du mouvement ;

  • Olivier Klein, maire sortant et candidat à Clichy-sous-Bois (93) : issu du PS, il a notamment été président de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) et contribue activement à la mise en oeuvre des politiques publiques nationales ;

  • Laurent Degallaix, maire sortant et candidat à Valenciennes (59) : issu du centre-droit, il a participé à une initiative de maires de droite en faveur de la majorité et se retrouve dans la dynamique de rassemblement ;

  • Dominique Faure, maire sortante et candidate à Saint-Orens-de-Gameville (31) : maire MRSL, elle travaille activement avec les marcheurs du 31 depuis de nombreux mois ;*

  • Gilles Schmidt, candidat à Rambouillet (78) : président du Parti radical des Yvelines, il collabore depuis 2017 avec la majorité et a rejoint LaREM en mars dernier, un ralliement cohérent avec ses valeurs.

Des candidates et candidats prêt(e)s à mettre en oeuvre “ les 10 engagements éthiques de l’élu(e) local(e) progressiste ”

Tous ces candidats et candidates, quels que soient leurs parcours et leurs origines politiques, s’inscriront pleinement dans les valeurs et principes du Mouvement. Ils se sont engagé(e)s à signer et respecter les 10 engagements éthiques de l’élu(e) local(e) progressiste, présentés par Stanislas Guerini à l’occasion de cette conférence de presse.

Comportant trois volets – pendant la campagne, au cours du mandat et à son terme – , cette liste d’engagements éthiques illustre la démarche rigoureuse et profondément républicaine qui est celle des candidat(e)s La République En Marche aux élections municipales 2020.

Le lancement d’une campagne d’appel à l’engagement pour inciter les citoyens et citoyennes à s’engager pour leur commune

À l’occasion de la conférence de presse, Stanislas Guerini a lancé une campagne d’appel à l’engagement à destination des Français et des Françaises. Bâtie autour du slogan “ La République, c’est vous ”, elle invite tous ceux et celles qui le souhaitent à rejoindre LaREM et à participer à la campagne des élections municipales, en tant que candidat sur une liste ou en tant que bénévole.

Une affiche tirée à 100 000 exemplaires sera déployée dans les jours qui viennent sur l’ensemble du territoire. Des actions militantes seront également organisées pour proposer aux Français et aux Françaises de s’investir dans la campagne des municipales 2020 en s’inscrivant sur la plateforme en ligne : en-marche.fr/2020.

“ L’objectif des municipales de 2020 est de poursuivre le rassemblement de tous les citoyens progressistes et engagés partout, dans les grandes villes comme dans la ruralité, en métropole comme en Outre-Mer. Nous devons aussi poursuivre l’élargissement de la majorité, en travaillant avec des élu(e)s qui, au quotidien, s’inscrivent pleinement dans les politiques publiques portées par notre gouvernement. Enfin, la lutte contre la progression du Rassemblement national sera aussi une de nos priorités. Dès que le risque RN poindra, nous favoriserons la mise en place d’alliances républicaines. Le front républicain tel que connu jusqu’à présent n’existe plus. Nous devons aujourd’hui créer les conditions d’un rassemblement de toutes les forces politiques et citoyennes. ” Pierre Person, Délégué général adjoint de La République En Marche