Retrouvez cet article sur en-marche.fr

24 candidats et candidates soutenu(e)s ou investi(e)s pour cette nouvelle vague d'investitures

10 juillet 2019 - Pour cette troisième vague d'investitures, 24 candidats et candidates ont été choisi(e)s par le Bureau exécutif de La République En Marche sur proposition de la Commission Nationale d’Investiture, pour incarner le projet de LaREM en mars prochain.

Pour cette troisième vague d'investitures, 24 candidats et candidates ont été choisi(e)s par le Bureau exécutif de La République En Marche sur proposition de la Commission Nationale d’Investiture, pour incarner le projet de LaREM en mars prochain. Volonté de rassemblement, valeurs humanistes et projets innovants pour leur commune caractérisent ces hommes et ces femmes, issu(e)s de 9 régions de France. Sont ainsi représentés, dans cette nouvelle vague, l’Île-de-France, la Provence- Alpes-Côte-d’Azur, la Bretagne, l’Occitanie, la Bourgogne-Franche-Comté, l’Auvergne-Rhône-Alpes, les Hauts-de-France, les Pays-de-la-Loire et l’Outre-Mer (Guadeloupe).

Au cœur du projet de La République En Marche, il y a l’ambition de donner la possibilité à des citoyens et des citoyennes venant de tous horizons de s’engager. C’est pourquoi, à l’occasion des élections municipales, LaREM apporte son soutien à des personnalités de la société civile : Dominique Cobourg, chef d’entreprise, est candidat à Athis-Mons ; Jean-Yves Gontier, avocat et professeur, est candidat à La Baule – Escoublac ; Philippe Priolon, ancien gendarme devenu cadre en intelligence économique, est candidat à Montmorency ; et Jean-Luc Raymond, commerçant, est candidat à Corbeil-Essonnes.

La République En Marche poursuit également le travail engagé sur les territoires, en investissant des cadres du mouvement (animateurs locaux, référents) qui souhaitent prendre des responsabilités au niveau municipal : Claude Alimi au Beausset, Jean-Marie Fourmantin au Relecq-Kerhuon, Florence Noirot à Gif-sur-Yvette, Marine Mogenni à Vaires-sur-Marne et Alexis Izard à Savigny- sur-Orge. Du côté d’Arques, c’est la maire sortante et déléguée nationale de LaREM Caroline Saudemont qui a reçu l’investiture.

De même, quatre député(e)s LaREM ayant exprimé leur envie de poursuivre leur engagement politique en participant à la vie de leur commune ont été investi(e)s : Eric Alauzet à Besançon, Annaïg Le Meur à Quimper et Olivier Serva aux Abymes. À Paris, c’est Benjamin Griveaux, député de la 5ème circonscription de la capitale qui conduira une liste de rassemblement pour l’élection municipale.

Enfin, La République En Marche, fidèle à son ADN, poursuit le rassemblement de toutes les forces politiques, engagées pour la transformation profonde de notre pays engagée depuis 2017. Plusieurs maires sortants ou actuels conseillers municipaux ou régionaux ont ainsi reçu le soutien ou l’investiture de La République En Marche pour les élections de mars 2020 : Christophe Bois (Lons-le-Saunier), Didier Brémond (maire sortant de Brignoles), Caroline Cayeux (maire sortante de Beauvais), Dominique Charlet (Enghien-les-Bains), Marc Coatanéa (Brest), Philippe Guyot (maire sortant de Plaisance-du-Touch), Andrea Iacovella (Roanne), Claire Lapeyronie (maire sortante de Pont-Saint-Esprit), Daniel Leca (Compiègne) et Aurélie Taquillain (Courbevoie).

Le 10 juillet 2019, sur proposition de la CNI, le Bureau exécutif de La République En Marche a décidé de l’investiture de :

  • Eric Alauzet, candidat à la mairie de Besançon — DOUBS (25)
    Médecin acupuncteur de formation, Eric Alauzet a exercé plusieurs mandats locaux : conseiller régional de Franche-Comté de 1998 à 2004, adjoint au maire à Besançon de 2001 à 2008 puis vice-président du Conseil général du Doubs de 2008 à 2014. Il a également été président du SYERT (traitement des déchets) de 2008 à 2012. Élu député de la 2ème circonscription du Doubs en 2012, il est réélu en 2017 et rejoint alors La République En Marche. Conseiller municipal de Besançon depuis 1991, Eric Alauzet a débuté son engagement politique chez Les Verts : c’est donc logiquement qu’il fera de la transition écologique de son territoire sa priorité.

  • Claude Alimi, candidat à la mairie du Beausset — VAR (83)
    Ancien professeur des écoles, Claude Alimi est médecin généraliste au Beausset depuis 1988. Il s’investit auprès de la MJC, Maison de la Jeunesse et de la Culture, du Beausset depuis 2002, d’abord en tant que moniteur de tir à l’arc, puis en tant que trésorier. Il en devient le président en 2015. Très attaché à sa commune, il est animateur du comité local de La République En Marche.

  • Dominique Charlet, candidat à la mairie d’Enghien-les-Bains — VAL D’OISE (95)
    Dominique Charlet est conseiller municipal d’opposition d’Enghien-les-Bains depuis 2017. Auparavant, il était maire-adjoint de la ville, en charge de la stratégie et du développement du territoire, du commerce et du thermalisme. Diplômé de l’Essec, Dominique Charlet a une longue expérience de management et de communication dans les domaines de l’art, la photographie et l’audiovisuel, aux côtés des artistes et des entreprises. Sous son impulsion, Enghien-les-Bains a été labellisée “Ville Créative Numérique” par l’UNESCO.

  • Marc Coatanéa, candidat à la mairie de Brest — FINISTÈRE (29)
    Marc Coatanéa est conseiller régional de Bretagne, élu référent pour le Pays de Brest et membre de la Commission finances et affaires générales. Salarié dans le secteur des transports publics, il est également conseiller municipal de Brest, ville dont il est originaire, et conseiller communautaire de Brest Métropole. Très investi dans la vie de La République En Marche dans la région, il souhaite aujourd’hui poursuivre la transformation initiée dans le pays depuis 2017 au niveau de sa commune.

  • Dominique Gobourg, candidat à la mairie d’Athis-Mons — ESSONNE (91)
    Dominique Cobourg est directeur général d’un organisme de collecte et de répartition de la taxe d’apprentissage. Il a créé en 2013 une société qu’il préside toujours aujourd’hui et qui est spécialisée dans l’apiculture urbaine : en installant des ruches en entreprise, la société sensibilise à la protection de la biodiversité. Membre du comité de La République En Marche d’Athis-Mons, Dominique Cobourg souhaite mettre en place la transition écologique à l’échelle de sa commune.

  • Jean-Marie Fourmantin, candidat à la mairie du Relecq-Kerhuon — FINISTÈRE (29)
    Jean-Marie Fourmantin a effectué toute sa carrière au sein de la Direction Générale des Finances Publiques. Il a notamment été trésorier de Landerneau et payeur départemental du Finistère. Adhérent à En Marche depuis 2016, il est le créateur du comité de La République En Marche du Relecq. Animateur local, il a cessé son activité professionnelle début 2019 et se consacre depuis, avec son équipe, à la création d’un projet municipal pour sa commune.

  • Jean-Yves Gontier, candidat à la mairie de La Baule-Escoublac — LOIRE-ATLANTIQUE (44)
    Jean-Yves Gontier est avocat en droit international. Responsable académique de la filière droit de Sciences Po, il a à cœur de favoriser le débat, de permettre l’éclosion d’idées et d’encourager les talents. C’est pourquoi il a lancé le mouvement participatif “Pour La Baule, Pour La Baie” : avec cette initiative, il souhaite dépasser les clivages politiques et construire un projet pour la ville qui soit vraiment utile à ses habitants.

  • Benjamin Griveaux, candidat à la mairie de Paris — ÎLE-DE-FRANCE (75)
    Député des 3ème et 10ème arrondissements de Paris, Benjamin Griveaux est un des co-fondateurs d’En Marche. Il débute son engagement politique auprès de Michel Rocard et de Dominique Strauss-Kahn. Il exerce ensuite des mandats locaux dans son département natal de Saône-et-Loire, et crée deux petites entreprises, avant de travailler pour un grand groupe français. En 2016, il quitte le monde de l’entreprise pour devenir porte-parole d’En Marche, puis celui d’Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle. Après son élection comme député de Paris le 18 juin 2017, il est nommé dans la foulée secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, puis secrétaire d’État auprès du Premier ministre, porte-parole du gouvernement. Il quitte le gouvernement en mars 2019 pour se consacrer à son projet pour Paris.

  • Andrea Iacovella, candidat à la mairie de Roanne — LOIRE (42)
    Ingénieur d’origine italienne, Andrea Iacovella est un ancien expert scientifique du CNRS. Également titulaire d’un doctorat de Langues et Civilisation des Mondes Anciens, il préside depuis 2012 la Scène Nationale d’Évry, ville dont il a été conseiller municipal. Entre 2008 et 2012, il a été maire de Sainte-Colombe- sur-Gand (42) et membre du bureau de la Communauté de communes de Balbigny (42). Désormais animateur local du comité historique de La République En Marche de Roanne, il travaille à construire une liste de rassemblement, fondée sur les compétences des uns et des autres.

  • Alexis Izard, candidat à la mairie de Savigny-sur-Orge — ESSONNE (91)
    Diplômé en économie, gestion et finance, Alexis Izard est chargé d’affaires auprès de la Banque Publique d’Investissement. Membre des Jeunes Avec Macron, il est animateur local LaREM de Savigny-sur- Orge depuis 2017. Très sensibilisé aux affaires européennes, il est membre de l’académie “Notre Europe” de l’Institut Jacques Delors et a coordonné la Grande Marche pour l’Europe en 2018. Investi pendant 4 ans dans l’association “Générations Savigny”, il souhaite désormais œuvrer au quotidien et de manière très concrète pour sa commune.

  • Annaïg Le Meur, candidate à la mairie de Quimper — FINISTÈRE (29)
    Kinésithérapeute et orthopédiste- orthésiste, Annaïg Le Meur est experte en rééducation de la main et du membre supérieur. Députée LaREM de la 1ère circonscription du Finistère depuis 2017, elle est membre de la Commission des Affaires économiques et présidente du groupe d’études sur les villes moyennes. Secrétaire au bureau de l'Assemblée nationale, elle participe aux groupes d’études sur la politique de la ville, le littoral, la santé à l’école, le handicap- inclusion, l’autisme et les professions paramédicales. A travers ses engagements associatifs et politiques, elle œuvre pour une société plus inclusive.

  • Marine Mogenni, candidate à la mairie de Vaires-sur-Marne — SEINE-ET-MARNE (77)
    Professeure des écoles, Marine Mogenni est directrice d’une école maternelle depuis 2008. Elle est animatrice du comité local de La République En Marche de Vaires-sur- Marne, qu’elle a créé. Elle est également membre de l’équipe départementale de LaREM, en tant que cheffe du pôle “ éthique et modération des réseaux sociaux ”. Porté par une volonté de rassemblement, son projet pour sa ville rassemblera des personnalités issues de la société civile et des différents mouvements de la majorité présidentielle.

  • Florence Noirot, candidate à la mairie de Gif-sur-Yvette — ESSONNE (91)
    Directrice des ventes et de l’expérience clients dans l’industrie, Florence Noirot a créé en 2016 le comité local de LaREM de Gif-sur-Yvette. Animatrice locale et membre de l’équipe départementale, elle est depuis février 2018 la référente de La République En Marche dans l’Essonne. Présidente de l’association “Gif Territoire d’Avenirs”, elle croit à la force du collectif pour faire avancer son territoire et souhaite participer à la mise en œuvre du programme présidentiel sur le terrain.

  • Philippe Priolon, candidat à la mairie de Montmorency — VAL D’OISE (95)
    Après 18 années passées dans la gendarmerie, Philippe Priolon a opéré une reconversion professionnelle : il est désormais cadre supérieur en charge de la cybercriminalité et de l’intelligence économique au sein d’un groupe international de logistique et auteur. Il a effectué deux opérations extérieures au sein des forces de l’Onu et de l’Otan, qui lui ont inspiré deux ouvrages, l’un sur le devoir de mémoire, l’autre sur le vivre-ensemble. En 1996, il a pris le commandement du Peloton de surveillance et d’intervention de Montmorency, ville qu’il n’a plus quittée depuis. Il est membre du comité local de LaREM.

  • Caroline Saudemont, candidate à la mairie d'Arques — PAS-DE-CALAIS (62)
    Maire d’Arques depuis 2014, Caroline Saudemont est aussi vice-présidente de la communauté d’agglomérations de Saint-Omer et membre du conseil d’administration de l’Association des maires du Pas-de-Calais. Journaliste, elle a participé au lancement de Saint- Omer Info. En tant que responsable du CDI d’un lycée de Saint-Omer (62), elle a appréhendé l’énergie et les envies des jeunes de la région. Avec une soif de faire bouger les lignes et de défendre son territoire, elle s’engage en politique. Au cours de son mandat, elle s'est mobilisée avec détermination pour sauver Arc International, spécialiste de la verrerie et leader mondial des arts de la table, solidement ancré dans l’histoire et l’économie de la ville depuis 1825. Elle fait partie des fondateurs d'En Marche dont elle est une des premières déléguées nationales.

  • Olivier Serva, candidat à la mairie des Abymes — GUADELOUPE (971)
    Après des études en économie et gestion ainsi qu’en administration des collectivités territoriales, Olivier Serva devient commissaire aux comptes, au sein d’un cabinet d’audit et d’expertise comptable qu’il a fondé à Pointe-à-Pitre. Vice-président de la région Guadeloupe, en charge du développement économique, depuis 2015, il rejoint en 2017 l’Assemblée nationale en tant que député LaREM de la 1ère circonscription de Guadeloupe : il y est président de la délégation aux Outre-mer et membre de la Commission des finances. Conseiller municipal d’opposition des Abymes depuis 2014, il est le fondateur du mouvement citoyen “Eko Zabym”, qui œuvre pour un développement économique de la commune qui soit compatible avec les exigences écologiques.

  • Aurélie Taquillain, candidate à la mairie de Courbevoie — HAUTS-DE-SEINE (92)
    Après des études à Sciences Po, Aurélie Taquillain a été conseillère auprès de différents cabinets ministériels. Elle est depuis 2014 adjointe au maire de Courbevoie, déléguée à la famille, la petite enfance et la vie associative. Le mouvement d’idées participatif et citoyen “I love Courb” qu’elle a fondé permet aux courbevoisiens d’échanger sur les enjeux à venir pour leur ville. En 2017, elle devient conseillère départementale des Hauts-de-Seine, en charge du Tourisme et de l’Innovation.

Le 10 juillet 2019, sur proposition de la CNI, le Bureau exécutif de La République En Marche a décidé d’apporter son soutien à :

  • Christophe Bois, candidat à la mairie de Lons-le-Saunier — JURA (39)
    Natif de Lons, Christophe Bois est diplômé en génie électrique. Il commence sa carrière en tant que professeur de physique appliquée, avant de devenir proviseur de collège puis de lycée. Il est depuis 2014 adjoint au maire de Lons- Le-Saunier, délégué aux affaires sociales, et conseiller départemental du canton de Lons I.

  • Didier Brémond, candidat à la mairie de Brignoles — VAR (83)
    Chef d’entreprise, Didier Brémond est maire de Brignoles depuis juillet 2017, date à laquelle il a succédé à Josette Pons dont il était le 1er adjoint. Président de l’Agglomération Provence Verte, il préside également le conseil de surveillance de l’hôpital de Brignoles et le centre communal d’action sociale.

  • Caroline Cayeux, candidate à la mairie de Beauvais — OISE (60)
    Enseignante, Caroline Cayeux est maire de Beauvais depuis 2001. Elle est également, depuis 2004, présidente de la communauté d’agglomérations du Beauvaisis. Élue sénatrice de l’Oise en 2011, elle choisit de ne pas se représenter en 2017 afin de se consacrer à la ville de Beauvais.

  • Philippe Guyot, candidat à la mairie de Plaisance-du-Touch — HAUTE-GARONNE (31)
    Diplômé de l’Université Paul Sabatier de Toulouse en Informatique Fondamentale, Philippe Guyot est un ingénieur spécialiste des systèmes d’information. Ce fan de handball a été de 2014 à fin 2018 adjoint au maire sans étiquette de Plaisance- du-Touch, délégué à la démocratie participative et à la communication. Début 2019, il a été élu par le conseil municipal pour succéder au maire.

  • Claire Lapeyronie, candidate à la mairie de Pont-Saint-Esprit — GARD (30)
    Professeure d’anglais, Claire Lapeyronie a été de 2011 à 2014 1ère adjointe à la mairie de Pont-Saint-Esprit, déléguée à la culture et au patrimoine. En 2014, elle est nommée 1ère adjointe au maire, déléguée aux finances, aux affaires administratives, à la Mission Centenaire et à la communication. Une position qu’elle occupe jusqu’en novembre 2018, lorsqu’elle succède à Roger Castillon, parti pour raisons personnelles. Elle est la 2ème vice-présidente de la Communauté d’agglomérations du Gard rhodanien depuis 2014, successivement en charge de la culture et du sport puis de l’environnement. Elle siège également à la Commission Nationale et à la Commission Régionale du Patrimoine et de l'Architecture.

  • Daniel Leca, candidat à la mairie de Compiègne — OISE (60)
    Après des études en histoire, en sciences politiques et en communication, Daniel Leca a rejoint l'Assemblée nationale pour travailler auprès de parlementaires. Désormais consultant en communication, il est conseiller régional des Hauts-de-France où il siège à la commission “Travail”. Il a pour priorité de défendre le département de l'Oise, ses communes et ses habitants. Toujours à la recherche du dialogue avec ses concitoyens, il souhaite se mettre au service de la ville de Compiègne afin de mettre en œuvre sa vision de la politique, qui fait rimer proximité et efficacité.

  • Jean-Luc Raymond, candidat à la mairie de Corbeil-Essonnes — ESSONNE (91)
    Commerçant et gourmet, Jean-Luc Raymond tient “La Maison des gourmands”, une épicerie à Corbeil-Essonnes. Après une brève expérience au conseil municipal en tant qu’adjoint aux travaux en 2008, il a décidé de poursuivre son engagement politique au service de sa ville en rejoignant le collectif “Dessinons ensemble Corbeil- Essonnes”, avec lequel il va à la rencontre des habitants. Il souhaite retisser le lien entre la ville et les Corbeil-Essonnois en participant notamment au renouvellement des commerces de proximité et en rassemblant les énergies au sein du conseil municipal.