Retrouvez cet article sur en-marche.fr

LaREM investit ou soutient 38 nouveaux candidat(e)s

24 juillet 2019 - La République En Marche poursuit ses investitures pour les élections de mars 2020. À l’issue du dernier Bureau exécutif de La République En Marche avant la pause estivale, 24 nouvelles investitures et 14 nouveaux soutiens ont été validés.

Conformément aux engagements de LaREM, il y a parmi eux des personnalités issues de la société civile, des membres du Mouvement (des animateurs locaux, des référents, une députée) et de formations politiques partenaires, ainsi que des maires sortants et d’actuels conseillers municipaux. Leur démarche d’union et leurs projets innovants, participatifs et écologiques pour leur ville les unissent.

Depuis le 17 juin et avec cette nouvelle vague, ce sont au total 115 candidat(e)s qui se sont engagé(e)s à porter le projet de rassemblement et de renouvellement de LaREM à l’occasion des élections municipales. Les régions qui comptent le plus d’investitures à date sont: l’Île-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est.

11 des 30 communes françaises comptant plus de 120 000 habitants connaissent déjà leur tête de liste : Aix-en-Provence, Bordeaux, Brest, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille, Paris, Perpignan, Reims, Rennes et Toulon. À noter que, sur ces 11 villes, 5 têtes de liste sont des femmes: Anne-Laurence Petel à Aix-en-Provence, Émilie Chalas à Grenoble, Violette Spillebout à Lille, Carole Gandon à Rennes, Cécile Muschotti à Toulon.

Sur la totalité des investitures, les femmes représentent 30% des candidats, ce qui est au-dessus de la moyenne actuelle (16% de femmes maires). LaREM ne se résigne pas à ce qu’il y ait aujourd’hui à peine un sixième des maires qui soient des femmes ! Ainsi, l’appel à l’engagement des femmes en politique et le programme «Toutes Politiques» lancés par le Mouvement ont pour but de faire remonter davantage de dossiers de candidatures féminines à la CNI. À l’heure actuelle, le nombre de dossiers reçus est encore insuffisant.

La République En Marche est également très fière qu’un grand nombre de candidat(e) s soient issu(e)s de ses rangs : de nombreux responsables locaux (animateurs, référents) ont été investis, ainsi que plusieurs personnalités issu(e)s du programme 1 000 Talents, Action Quartiers et Action Ruralités, mis en place par le Mouvement depuis deux ans. À la rentrée, le Mouvement mettra l’accent sur les investitures des villes de moins de 9 000 habitants qui sont gérées par les Commissions Départementales d’Investiture, dont la mission est d’épauler la Commission Nationale d’Investiture. Les investitures se poursuivront avec les mêmes critères d’exigence : la sélection de projets municipaux innovants et ambitieux, participatifs et inclusifs, et résolument tournés vers la transition écologique, et d’autre part le choix de candidat(e)s s’engageant à respecter Les 10 engagements de l’élu(e) local(e) progressiste.

La CNI analysera près de 900 villes (de plus de 9 000 habitants) en deux mois. Ses travaux reprendront le 28 août, et les prochaines investitures seront annoncées la première semaine de septembre.

Le 24 juillet 2019, sur proposition de la Commission Nationale d’Investiture, le Bureau exécutif de La République En Marche a décidé de l’investiture de :

  • Alexandre Aidara, candidat à la mairie de Saint-Denis — SEINE-SAINT-DENIS (93)

Français né au Sénégal, Alexandre Aïdara est ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Paris. Après une carrière de 10 ans dans le privé (informatique), il s’est engagé au service de l’Etat. Il a été notamment conseiller sur les grands projets immobiliers, le budget et le numérique auprès de Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, puis auprès de la Garde des Sceaux Christiane Taubira. Passionné d’éducation, il a animé le pôle éducation et enseignement supérieur de Terra Nova (2009-2012). Aujourd’hui référent départemental de LaREM, il souhaite faire de la Seine-Saint-Denis un département plus sûr, plus écologique, plus solidaire et plus prospère. Cette vision, qui a vocation à rassembler tous les dionysiens, passe également par une démocratie locale «délibérative et continue» qui s’appuiera sur tous les citoyens qui souhaitent le changement à Saint-Denis.

  • Salah Bourdi, candidat à la mairie d’Epinay-sur-Seine — SEINE-SAINT-DENIS (93)

Salah Bourdi est formateur au service de formation de la Préfecture de police. Depuis 2008, il est maire adjoint d’Epinay- sur-Seine, en charge de la prévention : il a notamment participé à la restructuration de la police municipale et à la prévention routière en instaurant une bourse au permis. Depuis 2014, il est également chargé de l’habitat et des relations avec les bailleurs. Co-animateur du comité En Marche d’Epinay-sur-Seine, il souhaite conduire pour 2020 une liste de rassemblement portée par son sens de l’innovation et de l’engagement. Pour libérer le potentiel de la commune, l’équipe menée par Salah Bourdi fera de la sécurité, la jeunesse, l’économie, la démocratie locale et l’environnement ses priorités.

  • Anthony Brottier, candidat à la mairie de Poitiers — VIENNE (86)

Anthony Brottier est directeur régional d’un OPCA, une structure associative qui a pour mission de collecter les contributions des entreprises destinées au financement de la formation professionnelle continue des salariés. Membre de La République En Marche, il est responsable des élections dans le département. Depuis plusieurs mois, avec une équipe de bénévoles, il sillonne Poitiers afin d’aller à la rencontre des habitant(e)s de la ville et construire avec eux un programme ambitieux. Étant lui-même issu de la société civile, Anthony Brottier a à cœur de rassembler, sur sa liste, toutes les énergies.

  • Emmanuel Canto, candidat à la mairie de Puteaux — HAUTS-DE-SEINE (92)

Juriste de formation, Emmanuel Canto a enseigné à la Faculté de droit de Paris X, avant de rejoindre la fonction publique territoriale. Il a officié pendant 14 ans auprès de la Direction de l’Urbanisme de la ville de Puteaux et dirige depuis 2012 le service du Patrimoine et des Affaires foncières de Rueil-Malmaison. Élu en 1995 à Levallois-Perret, Emmanuel Canto a été maire-adjoint, en charge du logement social. C’est avec une connaissance profonde du fonctionnement interne de la ville que ce co-animateur du comité LaREM de Puteaux se présente aujourd’hui à l’élection municipale. Emmanuel Canto entend œuvrer, dans un esprit progressiste et constructif, pour faire de Puteaux une ville plus durable, plus solidaire et plus inclusive, en luttant contre toutes les formes de discrimination.

  • Mike Castro Demaria, candidat à la mairie du Cannet — ALPES-MARITIMES (06)

Animateur du comité local de La République En Marche du Cannet, Mike Castro Demaria est expert en stratégie digitale et services web. Il est à ce titre membre de l’équipe pédagogique de la Skema Business School (Sophia-Antipolis).

  • Philippe Couvreur, candidat à la mairie de Bois-Guillaume — SEINE-MARITIME (76)

Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Rouen, Philippe Couvreur, ancien responsable administratif et financier, fait désormais du conseil en investissements. Il a été juge au tribunal de commerce de Rouen. De 2008 à 2014, il a été maire de Rainfreville (76), avant de rejoindre en 2014 le conseil municipal de Bois-Guillaume au sein duquel il est chargé des relations avec les entreprises. Animateur du comité local d’En Marche, c’est riche d’une expérience acquise dans le secteur public et auprès des entreprises qu’il se présente à l’élection municipale.

  • Jean-Christophe Dessange, candidat à la mairie de Sceaux — HAUTS-DE-SEINE (92)

Après vingt ans passés dans le conseil, les vente et le management pour des sociétés du secteur informatique et médiatique, Jean-Christophe Dessange s’est lancé dans l’entrepreneuriat en cofondant une «medtech» spécialisée dans la radiologie. Natif de Sceaux, il cherche en permanence à créer du lien entre les Scéen(ne)s, dont il veut à tout prix préserver «l’esprit village». Animateur du comité local En Marche, il a développé la structure en renforçant les liens avec les autres comités de la Vallée Sud Grande Paris. De la même manière, il souhaite travailler, entouré de toutes les énergies volontaires, à un projet ambitieux et ouvert pour Sceaux, qui préserve l’identité de la ville tout en élargissant son champ des possibles.

  • Jonathan Denis, candidat à la mairie de Pantin — SEINE-SAINT-DENIS (93)

Très engagé dans la vie associative, militant des droits LGBT et de la lutte contre le sida, Jonathan Denis est membre bénévole des Élus Locaux Contre le Sida (ELCS). Âgé de 35 ans, il est directeur d’une agence bancaire. Animateur du comité local de La République en Marche, il prépare depuis plusieurs mois avec les Pantinoises et Pantinois un projet pour une ville plus durable, plus solidaire, plus dynamique avec sa jeunesse, plus sûre et plus transparente dans sa représentation démocratique.

  • Catherine Dragin, candidate à la mairie d’Eaubonne — VAL D’OISE (95)

Catherine Dragin est consultante et directrice conseil, spécialisée dans les projets numériques. Diplômée de l’Université de Paris VIII et du CELSA, elle a commencé sa carrière au sein de l’Office de tourisme de Saint-Denis Plaine Commune. Experte en communication digitale, elle est responsable du pôle communication de La République En Marche 95. Elle anime également le comité local d’Eaubonne. Membre fondatrice du collectif «Mieux vivre à Eaubonne» aux côtés d’Antoine Seffre (Agir), elle travaille grâce à la plateforme «Imaginons Eaubonne 2020 – 2026» à un projet construit en bonne intelligence avec tou(te)s les habitant(e)s de la ville et qui rassemble les énergies.

  • Danièle Dramard, candidate à la mairie de Brie-Comte-Robert — SEINE-ET-MARNE (77)

Animatrice locale du comité En Marche de Brie-Comte-Robert, Danièle Dramard est cheffe d’entreprise. Après vingt ans passés en tant que contrôleur de gestion au sein d’Air France, elle a repris des études pour se spécialiser en économie publique, option systèmes de santé. À l’issue de cette formation, elle prend la direction des Papillons Blancs, un établissement et service d’aide par le travail, où œuvrent 179 travailleurs handicapés mentaux. Depuis 2017, elle dirige sa propre entreprise. À ce titre, elle participe activement à l’association 100 000 entrepreneurs qui, via des interventions en milieu scolaire, incite les jeunes à entreprendre. Danièle Dramard est également déléguée territoriale pour la Seine-et-Marne et professeure bénévole pour une association d’enseignement à distance (milieu carcéral, situation de handicap).

  • Léna Etner, candidate à la mairie de Saint-Mandé — VAL-DE-MARNE (94)

Léna Etner est avocate. Issue de la société civile, elle a créé une association de parents d’élèves indépendante qu’elle préside depuis plusieurs années et qui vise à renforcer la convivialité et la solidarité entre les familles. Engagée depuis toujours pour la tolérance et la laïcité, elle a fait de la lutte contre les extrêmes la valeur première de son engagement. Elle est membre du comité En Marche de Saint- Mandé. Pour sa commune, elle propose un projet écologique et progressiste. Elle souhaite incarner les nouvelles pratiques démocratiques pour être à l’écoute des préoccupations concrètes et réelles des Saint-mandéens.

  • Christine Ibanez, candidate à la mairie de Cuers — VAR (83)

Professeure des écoles, Christine Ibanez dirige, depuis 2011, l’école élémentaire de Cuers. Élue conseillère municipale en 2014, elle siège avec l’opposition. Européenne, écologiste, elle souhaite donner un nouveau souffle à sa commune, en promouvant l’engagement citoyen, en dynamisant le conseil municipal des jeunes et en valorisant les échanges intergénérationnels. Le projet qu’elle est en train de bâtir repose sur 3 grandes priorités : l’environnement, l’urbanisme et la sécurité en premier lieu; les défis économiques et commerciaux en second lieu; la culture, le social, le sport et la jeunesse en dernier lieu. C’est avec une liste ouverte à tous les progressistes qu’elle y apportera des réponses.

  • Yassin Lamaoui, candidat à la mairie de Sainte-Geneviève- des-Bois — ESSONNE (91)

Yassin Lamaoui est élu municipal d’opposition de Sainte-Geneviève-des- Bois depuis 2014. Responsable national du programme «Action Quartiers» de La République En Marche, il a à cœur de soutenir tous ceux et toutes celles qui souhaitent s’engager pour faire évoluer les choses. Yassin Lamaoui préside également «Perspective-SG», une association culturelle et sportive de Sainte-Geneviève-des-Bois.

  • Jean-Pascal Lerouge, candidat à la mairie de Cambrai — NORD (59)

Titulaire d’une maîtrise d’économie et diplômé de Sciences Po Paris (Service Public, option Finances), Jean-Pascal Lerouge a effectué une grande partie de sa carrière au sein du Crédit du Nord, en tant que chargé d’études, conseiller de clientèle, directeur de l’agence de Valenciennes puis, finalement, en tant que directeur du groupe Hainaut du Crédit du Nord. Il est depuis 2009 le président fondateur d’un cabinet d’intermédiaire en opérations bancaires et courtage officiant à Valenciennes, Douai et Cambrai. Jean-Pascal Lerouge a été maître de conférences en économie (Sciences Po Lille, Université du Hainaut, Etablissement Saint-Luc de Cambrai). Vice-président de la Communauté d’Agglomération de Cambrai, il est également Vice-président du Pays du Cambrésis. Il préside l’Office de tourisme du Cambrésis.

  • Maxime Mégret-Merger, candidat à la mairie de Cachan — VAL-DE-MARNE (94)

Maxime Mégret-Merger est expert numismate: il évalue et authentifie pièces de monnaie, médailles et billets de collection pour les ventes aux enchères en France et aux Etats-Unis. Membre de LaREM depuis 2016, il co-anime le comité En Marche de Cachan. C’est en 2018 qu’il rejoint la première promotion de «1000 Talents», le programme d’accompagnement des citoyens vers les responsabilités politiques de La République En Marche. Il se présente aujourd’hui avec son équipe afin de faire de Cachan une ville plus verte et plus sûre, transparente et citoyenne, dynamique et attractive.

  • Françoise Mendy-Lascot, candidate à la mairie de Franconville — VAL D’OISE (95)

Après des études en marketing et en management, Françoise Mendy-Lascot est devenue cheffe de projet. Elle gère depuis 2014 « Les Amies de la Soul », un événement de gospel et soul music. Entre 2008 et 2014, elle a été adjointe au maire de Franconville, en charge de la petite enfance, l’enfance, la jeunesse et la politique de la ville. À l’issue de cette expérience, elle a effectué un master de droit et collectivités territoriales. Aujourd’hui, cette entraîneuse d’équipes féminines seniors de handball veut se mobiliser pour sa ville, afin lui donner le nouveau souffle dont elle a besoin.

  • Danielle Molinier-Verchère, candidate à la mairie de La Queue- en-Brie — VAL-DE-MARNE (94)

Cheffe de deux entreprises installées à La Queue-en-Brie, Danielle Molinier-Verchère, spécialisée dans l’accompagnement des salarié(e)s, s’attache à développer l’emploi local. Élue locale depuis 2001, elle a été maire-adjointe, en charge des nouvelles technologies, du scolaire puis du personnel au cours de deux mandats successifs. Elle est depuis 2014 conseillère municipale d'opposition, élue sur une liste composée de personnalités de la société civile qui continuent aujourd’hui de l’accompagner: ils travaillent ensemble à un projet écologique et solidaire pour la ville. Membre de LaREM, Danielle Molinier-Verchère souhaite prendre part à la démarche de rassemblement autour de projets innovants qui est la sienne depuis 2014 et qui est celle de la majorité présidentielle pour les élections municipales.

  • Florent Pécassou, candidat à la mairie de Vigneux-sur-Seine — ESSONNE (91)

Professeur des écoles, Florent Pécassou apporte un soutien spécialisé aux élèves en fortes difficultés scolaires et comportementales ainsi qu’aux jeunes adultes en rupture. Il enseigne depuis 2015 à la Section d'enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) du collège Henri Wallon de Vigneux-sur-Seine et depuis 2016 également à Athis-Mons et à Draveil. Fondateur du comité local d’En Marche de Vigneux-sur-Seine en avril 2016, il a activement pris part aux différentes campagnes électorales depuis. C’est dans cette dynamique qu’il se présente aujourd’hui à l’élection municipale à Vigneux-sur-Seine.

  • Anne-Laurence Petel, candidate à la mairie d’Aix-en-Provence — BOUCHES-DU-RHÔNE (13)

Elle est membre du bureau exécutif de La République En Marche. Diplômée en communication politique, elle a travaillé en tant que collaboratrice de cabinet et responsable de la communication pour la ville de Narbonne (11), puis elle rejoint le secteur privé en tant que chargée des relations extérieures pour une entreprise des Telecoms durant 15 ans. Elle souhaite construire un projet durable, responsable et inclusif pour Aix-en-Provence.

  • Guillaume Rouger, candidat à la mairie d’Evreux — EURE (27)

Ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Lille, Guillaume Rouger est commissaire aux comptes. Engagé auprès d’En Marche! dès la création du mouvement, il a été responsable de la mobilisation dans l’Eure et animateur du comité d’Evreux. Il est depuis juillet 2017 le référent LaREM de l’Eure. Guillaume Rouger a lancé à l’automne 2018 le collectif citoyen «Evreux Avance!», afin de co-construire son programme pour la ville avec ses habitant(e)s. Il souhaite faire d’Evreux une ville attractive et sûre, ambitieuse pour sa jeunesse, attentive à ses aînés et accueillante pour les familles. La transition écologique sera également une de ses priorités, pour façonner une commune verte et durable.

  • Nelly Savio, candidate à la mairie de Wasquehal — NORD (59)

Nelly Savio est conseillère municipale d’opposition de Wasquehal depuis 2014. Elle siège depuis 2017 sous les couleurs de La République En Marche. Nelly Savio travaille depuis 2018 à un projet municipal qui permette à la ville d’ouvrir une nouvelle page de son histoire, en redonnant confiance aux agents municipaux et en renouant le lien avec les citoyens. Son équipe «Nous sommes Wasquehal» est en ordre de marche !

  • Fabrice Scagni, candidat à la mairie de Villepinte — SEINE-SAINT-DENIS (93)

Technicien bancaire, Fabrice Scagni est l’animateur du Comité En Marche de Villepinte depuis 2016. Il est secrétaire général de l’équipe départementale, en charge de la mobilisation et de la logistique, et ancien candidat suppléant LaREM aux législatives (11ème circonscription). Il travaille depuis 2016 avec son équipe pour rassembler, construire et élaborer le projet qui permettra de répondre au plus près aux préoccupations quotidiennes des Villepintois(es). Leur priorité ? Aller à la rencontre des Villepintois et organiser des rendez-vous citoyens intergénérationnels et dans tous les quartiers. « Au-delà des clivages, nous irons chercher les solutions les plus pragmatiques et innovantes pour réinventer Villepinte avec les citoyens. »

  • Violette Spillebout, candidate à la mairie de Lille — NORD (59)

Lilloise, Violette Spillebout est titulaire d’un diplôme d’Ingénieur-Maître en santé publique de la Faculté de médecine de Lille et d’un DESS en management des entreprises de l’IAE de Lille. Elle intègre en 1997 le cabinet de Pierre Mauroy à la Mairie. Nommée « Ingénieur en chef de la fonction publique territoriale», elle poursuit au cabinet de Martine Aubry en tant que cheffe de cabinet puis en tant que directrice de cabinet. En 2013, elle décide de rejoindre le groupe SNCF, où elle est désormais Directrice de la relation client et des situations sensibles. Ancienne danseuse de haut niveau, Violette Spillebout est engagée pour l’accès à la culture pour tous ; elle s’investit d’ailleurs depuis plus de vingt ans auprès de la Maison de la Photographie de Lille. En 2018, elle a co-créé le collectif Lille C pour travailler à un projet alternatif et ambitieux pour la commune et ses habitants. C’est riche des enseignements de cette initiative que Violette Spillebout se présente à l’élection municipale.

  • Claudie Violette, candidate à la mairie de Méry-sur-Oise — VAL D'OISE (95)

Claudie Violette est collaboratrice parlementaire de Guillaume Vuilletet, député de la 2ème circonscription du Val-d'Oise.

Le 24 juillet 2019, sur proposition de la Commission Nationale d’Investiture, le Bureau exécutif de La République En Marche a décidé d’apporter son soutien à :

  • Thomas Berger, candidat à la mairie de Castanet-Tolosan — HAUTE-GARONNE (31)

Thomas Berger est professeur de philosophie. Après une classe préparatoire littéraire, il a rejoint le double-cursus philosophie / droit de l’Université Panthéon-Sorbonne. Il choisit ensuite de se consacrer à l’étude de l’Histoire de la philosophie. C’est sur «la création du meilleur univers possible chez Leibniz» qu’il a travaillé dans le cadre de son master. Aujourd’hui, c’est au Castanet-Tolosan que ce natif de Toulouse, métropole voisine, souhaite œuvrer à créer le meilleur cadre de vie possible pour ses concitoyens. Sportif, formé aux premiers secours et réserviste, Thomas Berger travaillera à rendre sa ville plus inclusive, responsable et écologique, pour que chacun y trouve sa place.

  • Christophe Caudron, candidat à la mairie de Lambersart — NORD (59)

Christophe Caudron est directeur bancaire. Élu conseiller municipal en 1995, il devient adjoint au maire en 2001, en charge des finances. Par la suite, il gère la proximité et la démocratie participative. En 2014, il est nommé premier adjoint et devient conseiller métropolitain. En 2017, il crée un groupe progressiste au sein du conseil municipal. Cette équipe travaille aujourd’hui à la constitution de la liste «Lambersart avec vous, penser notre ville autrement» et construit son projet en concertation avec les habitants.

  • Jean-Noël Carpentier, candidat à la mairie de Montigny-lès-Cormeilles — VAL D’OISE (95)

Jean-Noël Carpentier est maire de Montigny-lès-Cormeilles depuis 2009. Élu député de la 3ème circonscription du Val d’Oise en 2012, il rejoint l’Assemblée nationale où il siège à la commission des Affaires sociales et où il s’investit particulièrement sur les sujets d’éducation. Il choisit en 2017 de ne pas se représenter afin de concentrer son énergie sur sa ville.

  • Julie Duvert, candidate à la mairie de Chamalières — PUY-DE-DÔME, (63)

Cheffe d’entreprise, Julie Duvert est conseillère municipale de Chamalières depuis 2014. Déléguée à la démocratie de proximité et à la communication, elle a participé à la création de comités de quartier. Auparavant, elle avait été pendant 3 ans présidente déléguée du conseil économique et social de la commune, une instance consultative réunissant tous les acteurs de la ville. Également conseillère à la métropole de Clermont, elle siège notamment aux commissions «solidarité territoriale», «politique de la ville», «développement durable» et «aménagement du territoire». Persuadée que les seuls projets qui ont une chance d’aboutir sont ceux portés collectivement, Julie Duvert souhaite continuer à travailler main dans la main avec ses concitoyen(ne)s pour construire ensemble l’avenir de leur commune.

  • Alain Chrétien, candidat à la mairie de Vesoul — HAUTE-SAÔNE (70)

Natif de Vesoul, Alain Chrétien a fait ses études à Besançon, à l’Université de Franche-Comté. Titulaire d’un diplôme de l’IEP de Lyon, en gestion des collectivités territoriales, il commence sa carrière en tant que chargé du plan d’occupation des sols des quartiers de Vesoul et des communes du district. Il est par la suite attaché territorial à la communauté de communes du Pays de Montbozon et devient, en 2004, président du Pays de Vesoul et du Val de Saône et président de la Communauté d’agglomération de Vesoul. Membre du conseil municipal de Vesoul depuis 2001, il est premier adjoint au maire de 2008 à 2012. Élu député- maire de Vesoul en 2012, il choisit en 2017 de ne pas se représenter à l’Assemblée nationale pour se consacrer à son mandat pour sa ville. Actuellement, il est également président de l’agglomération de Vesoul.

  • Vincent Hulin, candidat à la mairie de Verrières-le-Buisson — ESSONNE (91)

Responsable de la recherche dans une entreprise spécialiste de la préservation de la biodiversité, Vincent Hulin est membre et président d’associations de protection et d’éducation à l’environnement (Maison des Arbres et des Oiseaux, Ateliers de l’Environnement). Ce fan de handball est conseiller municipal d’opposition de Verrières-le-Buisson depuis 2014.

  • Yacine Ladjici, candidat à la mairie de Chevilly-Larue — VAL-DE-MARNE (94)

Ingénieur diplômé en stratégie et management, Yacine Ladjici travaille pour un grande groupe automobile français. Conseiller municipal de Chevilly-Larue depuis 2014, il préside le principal groupe d’opposition et siège à la commission « finances, investissement, personnel et patrimoine communal » ainsi qu’à la commission de l’aménagement et du développement durable. L’équipe menée par Yacine Ladjici va à la rencontre des habitants depuis l’automne dernier et écoute leurs attentes concernant leur cadre de vie, le développement économique de la commune, la sécurité ... Porté par ses combats pour l’éducation, la culture et le développement durable des territoires, Yacine Ladjici souhaite être une force de proposition innovante pour Chevilly-Larue.

  • Frédéric Lafforgue, candidat à la mairie de Castelnau-Le-Lez — HÉRAULT (34)

Frédéric Lafforgue, directeur d’un cabinet d’expertise comptable, vit à Castelnau-Le-Lez depuis 1989. Membre du conseil municipal depuis 1995, il a été successivement délégué à l’activité économique, aux affaires scolaires, à l’insertion et à l’emploi puis à l’urbanisme et au développement durable. Il rejoint le Conseil général de l’Hérault en 2002, et ce jusqu’en 2015. Frédéric Lafforgue est maire de Castelnau-Le-Lez depuis l’automne 2017.

  • Yvan Maubé, candidat à la mairie de Saint-Cyr-sur-Mer — VAR (83)

Yvan Maubé est enseignant et directeur technique au centre de judo de Saint- Cyr-sur-Mer. Il est chargé de mission auprès du Directeur Général des Services à la population de la Ville de La Ciotat. Il a fondé le groupe « Pour Saint Cyr », qui a l'ambition de faire de Saint Cyr un village d'exception, tant sur le plan du développement touristique et économique que sur la préservation de son écosystème. Yvan Maubé sera secondé par Béatrice Aïello, conseillère municipale d’opposition de Saint-Cyr-sur-Mer depuis 2014. Ensemble, ils construisent un projet ambitieux pour leur commune, pour améliorer la vie locale et le cadre de vie et mieux impliquer les citoyens.

  • Laurent Mazuray, candidat à la mairie de Muret — HAUTE-GARONNE (31)

Enseignant-chercheur de renommée internationale, spécialiste de l’optique, Laurent Mazuray est responsable de programme chez Airbus Defense & Space. À ce titre, il a contribué à tisser des liens entre l’industrie aéronautique et l’éducation. Il est d’ailleurs vice-président de l’Union Laïque, une association visant à développer des actions sociales et éducatives, et président de la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves de Haute-Garonne. Laurent Mazuray est conseiller municipal de Muret depuis 2014, chargé de la tranquillité publique, de la police municipale et de la prévention- médiation. Il se présente aujourd’hui à l’élection municipale entourée d’une équipe dynamique venant d’horizons politiques et professionnels divers.

  • Christian Nowicki, candidat à la mairie de Marly — MOSELLE (57)

Agent immobilier, Christian Nowicki est conseiller municipal d’opposition de Marly depuis 2008. Avec son groupe « Agir pour Marly», il prépare un projet d’alternance pour la commune.

  • Véronique Planton, candidate à la mairie d’Ambarès-et-Lagrave — GIRONDE (33)

Après des études commerciales, Véronique Planton commence sa carrière au Conseil général à Bordeaux, au service de l’enfance. Elle poursuit par la suite son chemin sur l’île de la Réunion, où elle travaille successivement comme responsable d’un établissement de restauration puis comme agent immobilier. En 2010, elle rentre en métropole et rejoint cette fois- ci le Conseil départemental à Bordeaux, en tant que chargée de communication événementielle. Dynamique et polyvalente, Véronique Planton a créé au début de l’année une association citoyenne appelée «Notre nouvelle ville», qui incarne sa démarche de renouveau et sa recherche de durabilité pour sa commune.

  • Grégoire de la Roncière, candidat à la mairie de Sèvres — Hauts-de-Seine (92)

Grégoire de la Roncière est maire sans étiquette de Sèvres depuis 2014. Également vice-président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, il est délégué à l'eau et à l'assainissement.

  • Claude Vivier Le Got, candidate à la mairie de Sens — YONNE (89)

Actuellement présidente de l’Institut français du luxe, Claude Vivier Le Got est la créatrice d’un groupe d'établissements d’enseignement supérieur spécialisés dans le management des Arts et de la Culture, ainsi que de l'Institut National de Gemmologie. Elle est la présidente de la Federation for Education in Europe et de la Commission Culture & Education de la Conférence des OING du Conseil de l'Europe. Cette ancienne sportive de haut niveau vit à Sens depuis près de 15 ans. Conseillère municipale d’opposition de 2001 à 2013, elle a été adjointe au maire, en charge du développement économique, du commerce, de la culture et de l’enseignement supérieur en 2014. Elle souhaite aujourd’hui porter un projet collectif et travailler avec l’ensemble des acteurs de la société civile pour faire de Sens une ville progressiste, citoyenne, durable.