Retrouvez cet article sur en-marche.fr

« Pour l’'Europe, il est temps de passer à la prochaine étape” »

3 avril 2016 - Emmanuel Macron était à la London School of Economics le 24 septembre 2015.

En France, certains voudraient que le pays devienne une île.

Ils oublient tout ce qu’on a toujours donné au monde, et tout ce que le monde nous a offert en retour. Ils prétendent que l’on pourrait construire des murs assez hauts pour protéger nos emplois et notre économie des changements qui ont lieu partout, mais que l’on bénéficierait toujours du commerce international. Ils prétendent que regarder en arrière suffit.

Ils prétendent que l’on pourrait défaire la mondialisation, ou au moins l’ignorer.

Ils refusent de voir que ces changements-là, qu’ils essaient d’éviter ou de reporter, sont déjà en train d’avoir lieu en France. Parce que dans le monde d’aujourd’hui, il ne peut pas y avoir d’île.

Nous sommes à un moment clé.

Pour relever les défis géopolitiques, nous avons besoin d’une approche européenne. Pour transformer la reprise économique en croissance durable, nous devons continuer à reformer et à obtenir des résultats. Mieux, et plus vite ! Il est temps d’aller plus loin, et de passer à l’étape suivante. Une Union de solidarité, de responsabilité et de différenciation. Mon Europe idéale n’est pas une Europe à deux vitesses. Mais l’Europe doit avancer à travers deux projets différents. Les deux sont nécessaires, les deux sont ambitieux. Mais nous pouvons faire d’une pierre deux coups, et chacun pourra obtenir ce dont il a réellement besoin.

Voir le discours d'Emmanuel Macron à la LSE >