Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Stanislas Guerini : “Nos valeurs sont plus importantes qu’une victoire ou qu’une défaite”

1 juin 2020 - Dans les colonnes du Parisien, le Délégué général de LaREM revient sur les élections municipales et rappelle ses priorités de bâtir un projet collectif autour des questions sociales, de l’environnement et de l’emploi.

Dans un entretien au journal Le Parisien, Stanislas Guerini, délégué général de La République En Marche, revient tout d’abord sur le second tour des élections municipales, rappelant qu’il n’y aura “pas d’alliance à tout prix” et qu’il est parfois préférable d’être dans l’opposition et de construire dans la durée une force politique cohérente avec ses valeurs.

« Les Français nous ont élus pour dépasser les clivages, pas pour les recréer. »
Stanislas Guerini, Délégué général de LaREM

Il fixe également les priorités du scrutin qui doit se tenir le 28 juin prochain. “Nous avons une priorité nationale qui est de tout faire pour éviter que le Front national ne gagne. Partout, où il y a un risque que cela arrive, nous nous retirerons comme à Perpignan. La deuxième priorité, c’est de rassembler notre famille. Il est temps de mettre un terme aux querelles qui ont pu nous séparer localement. Il faut être à la hauteur du moment.”


Lire aussi - Stanislas Guerini : “La politique menée depuis trois ans a amélioré notre résilience collective”


Stanislas Guerini revient également sur les objectifs de La République En Marche dans cette élection : renforcer les liens avec des centaines de maires de la majorité présidentielles et “nous aurons 10 000 élus municipaux, même davantage, conformément à notre objectif. Quand on part de zéro ou presque, ce n’est pas négligeable.”

« Cette génération de marcheurs va grandir et produira demain d’excellents maires. »
Stanislas Guerini, Délégué général de LaREM

Enfin, le Délégué général dessine l’avenir de la majorité présidentielle et de LaREM, “le seul mouvement 100% progressiste”. Il est nécessaire aujourd’hui d’intensifier les relations entre les différentes forces qui composent la majorité présidentielle, explique-t-il avant d’ajouter que nous devons, plus que jamais, être ouverts à toutes les forces du pays “pour bâtir un projet de concorde autour de priorités qui sont, pour moi, les questions sociales, l’environnement et l’emploi.”

  • Lire l’intégralité de l’interview dans Le Parisien : cliquez-ici