Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Thomas Mesnier : “Il faut donner de la souplesse à l’hôpital public”

25 mai 2020 - Le député LaREM et médecin urgentiste, Thomas Mesnier, était l’invité de France Info ce matin. Il est notamment revenu sur les réponses à apporter dans le cadre du Ségur de la Santé qui débute ce lundi 25 mai.

« Des freins administratifs ont été levés durant cette crise. Les décisions ont été davantage médicalisées. On a donné plus de souplesse et d'agilité aux équipes soignantes. »
Thomas Mesnier, député LaREM

Thomas Mesnier a tout d’abord rappelé l’engagement des personnels soignants et l’agilité dont ils ont su faire preuve pendant la crise, illustrant ses propos avec son expérience de médecin urgentiste à l’hôpital d'Angoulême où un service spécial Covid-19 a été créé de toute pièce en un temps record.

Le député de la première circonscription de la Charente est ensuite revenu sur le Ségur de la Santé, qui débute cette semaine.

Cette grande concertation du ministère des Solidarité et de la Santé avec les acteurs du secteur doit permettre d’améliorer notamment les conditions de travail des soignants et la prise en charge des malades. Il reposera sur quatre piliers :

  • Mieux valoriser toutes les carrières et tous les métiers et développer de nouveaux parcours professionnels à l’hôpital et dans les EHPAD. Cela passera notamment par une hausse des salaires, et une meilleure valorisation du travail en équipe.

  • Travailler à une relance de l’investissement et à de nouveaux modèles de financement.

  • Assouplir et simplifier notre système pour lutter contre les lourdeurs administratives, la crise du Covid-19 ayant démontré le besoin de simplification pour plus d’efficacité.

  • Mettre en place des organisations plus proches des territoires et plus collectives entre l’hôpital, la médecine de ville et le secteur médico-social ; la coordination et l’articulation des différents acteurs étant nécessaire. L’objectif est de penser les organisations au plus près du territoire, là où les Français vivent, travaillent, se soignent.

« Les réformes que nous avons portées depuis 2017 notamment avec le plan Ma Santé 2022 vont dans le bon sens et auraient dû être menées depuis longtemps. Il faut à présent que les effets se fassent sentir sur le terrain. »
Thomas Mesnier, député LaREM
  • A lire aussi :
- Olivier Véran : “Enclencher une transformation profonde de l’hôpital”
- Covid-19 : 3 questions à … Thomas Mesnier, député et médecin urgentiste