Retrouvez cet article sur en-marche.fr

On l'a dit, on le fait : interdire aux parlementaires d'exercer une activité de conseil

11 septembre 2017 - Le candidat Emmanuel Macron s'y était engagé, il l'a fait !

Certaines pratiques, courantes chez les élus comme l’ont démontrées certaines affaires médiatiques, ont provoqué une exaspération des Français et une défiance massive vis-à-vis des parlementaires. Ce phénomène, croissant depuis plusieurs années, s’est manifesté par l’abstention et par les succès des partis populistes.

Le Gouvernement souhaite renouer la confiance entre les élus et les citoyens. Porté par le garde des Sceaux, ce texte fondateur de moralisation de la vie publique met fin à certaines pratiques et contribue à renforcer la transparence et à redonner confiance dans la vie démocratique du pays.

Afin d’éviter les conflits d’intérêts, les parlementaires ne pourront plus exercer une activité de conseil. Cette nouvelle loi pour la confiance dans la vie politique ne s’arrête pas là et prohibe d’autres pratiques souvent adoptées par les parlementaires: désormais, les élus ne pourront plus employer de membres de leur famille, l’indemnité de frais de mandats sera supprimée, les élus devront justifier d’une situation fiscale en règle en début de mandat et les candidats à une élection devront justifier d’un casier judiciaire B2 vierge de toute peine d’inéligibilité prononcées en cas de crime ou de manquement à la probité.

[Pour voir les autres mesures adoptées pour restaurer la confiance dans l’action publique](http://www.gouvernement.fr/action/confiance-dans-l-action-publique)