Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Nous transformons la fonction publique pour mieux servir l'intérêt général

4 juin 2018 - Quel est le sens de la réforme de la fonction publique ? Tribune de Centra Motin, Députée de l'Isère, Rapporteure spéciale pour la gestion des ressources humaines de la fonction publique.

En presque 20 ans, notre société a subi de profondes mutations avec l'avènement d'internet et l'entrée dans l'ère du numérique et de la communication. Les modes de vie des Français et leurs attentes en ont été profondément modifiés. Et c'est naturellement que leur niveau d'exigence en matière de service public s'est accru avec l'affirmation d'un besoin de disponibilité, de simplicité, d'accès et de personnalisation du service.

C'est pour répondre à cette attente que le Premier ministre a lancé le 13 octobre 2017, un programme ambitieux, Action Publique 2022, pour repenser en profondeur l'action publique. Ses principaux objectifs étant de la rendre plus efficace, mieux adaptée à notre société et de moderniser les moyens dont elle dispose pour fournir les meilleurs services publics possibles.

Si nombre d'acteurs publics ont déjà réalisé des changements importants pour répondre aux nouvelles demandes des Français, force est de constater que les résultats sont inégaux. Les contraintes budgétaires de ces dernières années n'ont pas contribué à rendre les politiques publiques lisibles et l'accompagnement des agents n'a pas été au cœur des transformations. On comprend donc qu'ils se méfient aujourd'hui des annonces de changements et de modernisation de l'Etat, alors même qu'ils sont nombreux à les souhaiter.

Le sens de la mission de service public au cœur de la motivation des agents

Il apparait aujourd'hui indispensable, urgent même, de repenser et d'adapter les conditions de travail des agents des services publics à leurs nouvelles missions, à leurs nouveaux outils et à leur nouvel environnement de travail, plus collaboratif et plus mobile.

La qualité de vie au travail ne doit plus être un objectif mais une réalité quantifiable et une opportunité d'innovation pour que les résultats soient bénéfiques pour tous.

Il est aussi essentiel que, de nouveau, le sens de la mission de service public soit au cœur de la motivation des agents, qu'ils retrouvent le sens de leur action, de leur engagement et toute la reconnaissance qui en découle.

C'est un enjeu non seulement de fidélisation des agents de la fonction publique mais aussi d'attractivité pour les jeunes générations.

Une fonction publique numérique pour un service public humain

Pour rendre ces services publics, il faut à la fois se servir des outils d'aujourd'hui, qui redéfinissent notre rapport à la proximité, mais aussi penser aux adaptations de demain, car notre société évolue à une vitesse fulgurante.

Parce que la technologie permet de repenser la place de l'humain dans l'organisation, il faut faire de cette réflexion une chance pour replacer l'agent au cœur de ses missions et lui donner l'opportunité d'être au plus près de ceux qui en auront le plus besoin. Il faut aussi penser les moyens de son adaptation en lui garantissant des formations tout au long de sa vie.

Un service personnalisé pour une société inclusive

Dans la société inclusive que nous voulons, la place des services publics comme vecteur d'intégration dans la société doit être préservée. Le rôle essentiel de socialisation joué par l'Etat et les collectivités territoriales peut à la fois se matérialiser par une accessibilité numérique accrue et par un maillage territorial différent des services, qui seraient plus mobiles et qui iraient au-devant de tous les citoyens tant physiquement que par des prises en charges plus personnalisées. Ce sera le cas, dans l'école inclusive de demain qui accueillera, grâce à des personnels formés, des élèves en situation de handicap dans un parcours personnalisé construit avec les enseignants, les professionnels de santé et la famille.

Repenser la fonction publique pour les agents d'aujourd'hui et de demain

Servir l'intérêt général, incarner les valeurs de la République et être acteur d'une société inclusive, telles sont les valeurs du service public.

L'intérêt général est une notion qui peut paraitre simple mais qui revêt une grande complexité du fait de son caractère subjectif et évolutif. Il nous appartient donc aujourd'hui, collectivement, de définir quelles sont ces missions qui sont essentielles à notre " vivre ensemble " car c'est de cela qu'il s'agit : faire société ensemble, une société du XXIème siècle agile et inclusive.

C'est tout le sens du travail de co-construction que mène depuis plusieurs mois les ministres Gérald Darmanin et Olivier Dussopt avec les organisations syndicales mais également avec les élus, les citoyens et surtout avec les agents.

Il y est question de tout, sans tabou, du salaire au numérique, du statut à la formation tout au long de la vie, de l'égalité hommes / femmes au dialogue social. Infirmière, pompier, enseignant, garde forestier, chercheur, militaire, ambassadeur, directrice de musée, jardinier, bibliothécaire.

Ces métiers nous font rêver, nous inspirent le respect. Ils évoquent à la fois l'engagement, la vocation et l'intérêt général. Ils sont des métiers d'hier et d'aujourd'hui, en perpétuelle évolution. Ces métiers, ce sont les métiers des agents des services publics, des fonctionnaires comme on dit. Nous avons pour eux les mêmes ambitions que pour notre pays et c'est avec eux que nous construisons la fonction publique de demain.

Par Cendra MOTIN, Députée de l'Isère, Rapporteure spéciale pour la gestion des ressources humaines de la fonction publique