Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Lettre ouverte de marcheurs aux électeurs de la France Insoumise

29 avril 2017 - Nous sommes des marcheurs convaincus et nous souhaitons nous adresser à vous, qui avez adhéré au programme de la France insoumise et de son candidat.

Lettre ouverte de Marcheurs aux Insoumis


Nous sommes des marcheurs convaincus et nous souhaitons nous adresser à vous, qui avez adhéré au programme de la France insoumise et de son candidat. Nous comprenons votre déception après la campagne citoyenne et innovante que vous avez menée. Vous avez réussi à mettre les questions d’environnement, des inégalités, et du renouvellement de notre vie publique au cœur du débat et nous vous en remercions sincèrement, car ce sont des thèmes que nous portons également avec conviction.

Le moment est maintenant au rassemblement. Contre le Front National tout d’abord, pour éviter que la soirée électorale du 7 mai ne se conclue par « Mme Le Pen est élue Présidente de la République ». Nous saluons les nombreux Insoumis qui ont déjà indiqué qu’ils voteront pour Emmanuel Macron. Ceux qui le feront n’auront, et nous le savons bien, pas mis de côté leurs convictions. Simplement, ils refuseront en bloc et radicalement le Front National, comme premier parti de France ou comme premier parti de l’opposition.

Ce rassemblement doit aussi être l’affirmation d’une vision ouverte, grande et accueillante de la France, autour de valeurs que nous partageons : l’égalité Femmes-Hommes, l’avancée des droits sociaux, la refondation d’une Europe qui protège, l’accueil de l’autre d’où qu’il vienne, la prise en compte de l’urgence écologique.

Nous sommes certains que beaucoup d’entre vous peuvent se retrouver, sans y adhérer totalement, dans les principales propositions et surtout dans les grands constats de départ d’Emmanuel Macron. Nous en avons donc sélectionné 5 ci-dessous :

• Le constat d’un système politique vieillissant, et qui bloque notre pays, d’où la nécessité de le renouveler en profondeur, pour tourner la page des 5 et même des 20 dernières années

  • Établir le non-cumul des mandats dans le temps
  • Réduire d’un tiers le nombre de parlementaires et introduire une dose de proportionnelle au Parlement
  • Clarifier les rémunérations des parlementaires et interdire l’emploi de proches
  • Exiger la probité des responsables politiques en requérant un casier judiciaire vierge (B2)
  • Encourager la parité en politique, à commencer par les investitures aux législatives et le gouvernement

• Le constat de la persistance d’un niveau de pauvreté insupportable et d’inégalités majeures dans notre pays, d’où la nécessité de faire plus pour ceux qui ont moins

  • Augmenter le minimum vieillesse et l’Allocation Adulte Handicapé (de 100 euros par mois pour une personne seule)
  • Débloquer un 13e mois par an pour les salariés au SMIC, en supprimant les cotisations salariales chômage et maladie et en revalorisant la prime d’activité
  • Rendre l’assurance chômage universelle, c’est-à-dire accessible aux salariés et aux indépendants, pour protéger chacun dans des carrières de plus en plus morcelées
  • Mobiliser davantage de moyens dans les zones d’éducation prioritaires, en y divisant par deux les tailles de classe en CP et en CE1, soit dans les âges où se forment les plus grandes inégalités
  • Doubler le nombre de maisons de santé pour lutter contre les déserts médicaux, et réduire les renoncements aux soins en prenant à 100% en charge les frais de lunette et de prothèse auditives ou dentaires.

• La nécessité de protéger les droits de chacun et de faire vivre le progressisme, dans un contexte apaisé et en respectant les sensibilités de chacun. D’où les propositions suivantes :

  • Protéger la loi sur le Mariage pour Tous
  • Maintenir l’Aide Médicale d’État
  • Etendre, en attendant l’avis du Conseil National d’Ethique, le droit à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules
  • Faire de l’égalité femmes-hommes la grande cause du quinquennat, par exemple en renforçant les sanctions et les moyens contre les violences faites aux femmes

• Le constat de l’urgence écologique, d’où la nécessité de changer en profondeur notre modèle économique pour le rendre durable et enfin respectueux de l’environnement 

  • Investir massivement dans la transformation écologique (15 milliards d’euros)
  • Passer de 75% à 50% d’énergie nucléaire d’ici 2025 et fermer la centrale de Fessenheim
  • Doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque d’ici 2022
  • Sortir des énergies fossiles (fermer les centrales à charbon) et décourager l’utilisation du diesel
  • Interdire les pesticides et perturbateurs endocriniens nocifs et l’exploitation des gaz de schiste

• La nécessité de mettre fin à certaines pratiques et d’encourager au contraire le développement de nouvelles formes d’activité, d’où les propositions suivantes  

  • Porter au niveau européen une taxe sur le chiffre d’affaires réalisé dans nos pays pour des prestations de service électronique
  • Créer un Accélérateur National d’Innovation Sociale pour soutenir les projets innovants
  • Favoriser l’économie sociale et solidaire en soutenant le développement des pôles territoriaux de coopération économique

Aucun de ces constats n’est sérieusement partagé par Marine Le Pen. Aucune de ces solutions n’est portée par la candidate du Front National. Au contraire, celle-ci veut supprimer l’Aide Médicale d’Etat, développer encore davantage le nucléaire, établir un moratoire immédiat sur les éoliennes, supprimer le droit du sol, abroger la loi sur le mariage pour tous etc.

Nous ne vous demandons pas un blanc-seing à l’ensemble de notre programme, ni un chèque en blanc, mais une lecture réelle de ce dernier. Nous vous demandons surtout un vote le 7 mai prochain, pour que les conditions des débats, nombreux et fertiles qui sont les nôtres puissent perdurer.

Le FN ne sera pour nous jamais un parti comme les autres. Un parti capable demain de mettre à sa tête, avant de le remplacer quelques jours plus tard, une personne qui soutient des thèses négationnistes et révisionnistes sur les chambres à gaz pendant la Seconde Guerre Mondiale. Un parti dont la candidate refuse de se rendre à des convocations de juges, et qui menace à demi-mots les fonctionnaires de purge en cas d’arrivée au pouvoir.

Ne nous méprenons pas. Même avec les intentions de vote actuelles, si 30% des électeurs qui ont annoncé voter contre Marine Le Pen ne le font pas, elle sera demain notre prochaine présidente. Nous avons besoin de vous pour que ce cauchemar ne devienne pas une réalité.

Des adhérents d’En Marche !

Signataires : Clémence, Marion, Renaud, Lucie, Mohammed, Déborah, Raphaël, Aurélien, Martine, Juliette, Simon, Antoine, Manon, Zineb, Yves, David, Noémie, Piotr, Fabien, Camille, Etienne, Ruben, Charlotte, Julie, Paul, Émile, Guillaume, Eve, Thomas, Christian, Chloé, Victor