Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Tribune - Jean Pisani-Ferry : Loyers Fictifs

2 avril 2017 - Réponse de Jean Pisani-Ferry, directeur du pôle Programme et Idées d'En Marche

Depuis plusieurs semaines, une rumeur persistante et manifestement malveillante attribue à Emmanuel Macron l’intention d’inclure dans le revenu imposable des propriétaires-occupants la valeur du service de logement qu’ils consomment annuellement en habitant un appartement ou une maison dont ils sont propriétaires. À aucun moment, pourtant, Emmanuel Macron n’a même esquissé une telle proposition. Rien dans son programme, rien dans ses interventions ne peut prêter à ambiguïté de ce point de vue.

Sur quoi alors cette rumeur relayée sur les réseaux sociaux s’ancre-t-elle ? Sur le fait qu’il y a quelques mois France Stratégie, l’organisme que je dirigeais avant de rejoindre la campagne d’Emmanuel Macron, a publié une note de réflexion qui envisageait cette hypothèse parmi plusieurs autres. Peu importe, pour ceux qui propagent cette rumeur, que le candidat Macron ne soit en rien associé aux analyses ou les propositions de France Stratégie. Peu importe que la mission de cet organisme soit d’éclairer le débat public, pas de contribuer à tel ou tel programme. Peu importe que France Stratégie ait d’emblée indiqué combien l’option d’une imposition des loyers imputés suscitait d’incompréhension et même d’hostilité dans l’opinion. Peu importe que j’en aie démissionné. Peu importe que je n’aie jamais eu, pour cette hypothèse formulée par mes anciens collègues, qu’un intérêt intellectuel : la fausse nouvelle est complaisamment colportée.

Il faut donc le redire : Emmanuel Macron n’est le ventriloque de personne. Et s’il apprécie le débat d’idées, les propositions qu’il porte sont les siennes. Pas celles que lui attribue une chaine improbable de proximités approximatives.


Jean Pisani-Ferry
Directeur du Pôle Programme et Idées
En Marche