Retrouvez cet article sur en-marche.fr

Christophe Castaner était au Salon International de l'Agriculture

4 mars 2018 - « Nous devons nous mobiliser pour sauver le monde agricole. »

« Nous devons nous mobiliser pour qu’enfin, demain, nous puissions payer le juste prix de leur production aux agriculteurs. C'est le sens de la loi qui naîtra après les États Généraux de l'Alimentation. »

Christophe Castaner revient sur sa visite au Salon de l'Agriculture.




Chaque année j'ai plaisir à venir ici, au Salon International de l'Agriculture et évidemment, cette année toute particulière pour moi et tant que Délégué Général, d'être aux côtés de nos agriculteurs. Et dans ce salon, qui est la vitrine de l'excellence française en matière de production agricole. Nous avons besoin d'un monde agricole puissant, d'un monde agricole protégé, d'un monde agricole accompagné.

J'ai entendu dans mes échanges à la fois la fierté, la fierté de ce métier, mais aussi des inquiétudes. Celles liées à la cartographie des aides, celles liées au Mercosur, celles liées à la négociation sur la prochaine politique agricole commune. Autant de sujets sur lesquels les inquiétudes sont légitimes, mais sur lesquels nous prenons des engagements. Sur le zonage, le nouveau zonage agricole, 13 % d'agriculteurs en plus vont bénéficier d'aides plus importantes encore. Et je sais que certain vont les perdre, donc il nous faut les accompagner. Sur le Mercosur nous devons avoir le même niveau d'exigence vis-à-vis, notamment, de la viande importée que celle que nous avons pour la viande produite en France.

Et si j'étais symboliquement présent au concours de la race Limousine, c'est aussi pour marquer cette exigence-là, parce que ce que l'on veut pour la production française, on le veut aussi pour les consommateurs français. L'engagement du Gouvernement, du président de la République, de tous les ministres très présents aux côtés du monde agricole pendant cette semaine du Salon International de l'Agriculture montre notre attachement.

Les paysons, les agriculteurs sont une force économique, mais ils sont aussi des aménageurs du territoire, dont nous avons besoin. Je suis un élu rural des Alpes-de-Haute-Provence, je suis un élu de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, j'ai vu aussi les traces de la déprise agricole dans des départements comme les Alpes-Maritimes, et je sais que nous devons nous mobiliser pour sauver le monde agricole. Pour qu'enfin demain, et c'est le sens de la loi qui naîtra après les États Généraux de l'Alimentation poru qu'enfin demain on puisse payer le juste prix de leurs productions aux agriculteurs.